Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /
.../... ( Suite )


               ...  Elle avait surtout retenu de Lui le son de sa voix. Une voix peu ordinaire, douce, apaisante, troublante, qui ne ressemble à aucune autre. Il lui avait parlé longuement, ce soir-là, employé des mots qui l'avaient touchée, qu'elle n'avait jamais entendus de la bouche de ses amants toujours pressés, des mots nouveaux pour Elle... C'était à la fois peu et déjà trop pour ne pas vouloir approfondir. Lorsqu'il avait raccroché, elle avait ressenti une vive impression de vide, comme un manque... Oh elle ne devait pas être la première jeune femme à qui cet homme parlait de la sorte mais il lui était bon d'y croire. Il avait dit en savoir beaucoup sur elle sans dévoiler quoi que ce soit. Alors elle s'était prise à ce petit jeu. Le mystère avait son charme. Une rencontre amoureuse organisée par téléphone avait un côté excitant qu'elle découvrait. Elle se sentait même la force d'affronter une éventuelle déception. Que risquait-elle après tout!!!...

... Des regards souvent se tournaient vers elle. Elle n'était pas le style de l'établissement. Elle était d'une beauté différente, peu commune, à ne pas fréquenter ce genre d'endroit. Sa courte robe de couturier avait laissé muette la banquette en moleskine fatiguée, habituée à supporter des pantalons souillés. Elle croisait et décroisait régulièrement les jambes sans remarquer les visages envieux qui l'observaient dans la glace du bar... 

... Camille en était à son troisième thé. Elle avait sorti un livre de son sac, qu'elle ouvrait et refermait méthodiquement sans parvenir à se plonger dans sa lecture.... N'y tenant plus, elle se leva mais avec classe, tira tout de même sur sa robe et de sa démarche de mannequin, se dirigea vers les toilettes. Les consommateurs de bière se retournèrent en coeur sur les petits talons effleurant le carrelage usé. Elle ne se retourna pas. Elle ne pensait qu'à Lui... Elle était bien décidée à ne pas rentrer sans l'avoir rencontré. Qu'importe son retard, elle lui pardonnait. L'attente est souvent un moment privilégié... Elle en goûtait les bienfaits. Elle voulait voir cet homme, absolument. C'était en elle, une impulsion plus forte que d'autres, quelque chose au creux de l'estomac comme une angoisse en forme de désir...

... Elle avait tout juste vingt trois ans, habitait un grand appartement, dans un des quartiers les plus chics de la ville et vivait seule. Elle tenait à cette indépendance, ne pas s'attacher était un de ses principes. Bien que très souvent absente de par son métier, elle aimait à revenir dans sa ville natale. Besoin de simplicité, disait-elle. On la connaissait ici pour être la fille d'un important industriel de la région. Cela lui convenait. A Paris, elle était un mannequin adulé mais avait de plus  en plus de mal à vivre cette notoriété. Elle sortait rarement en ville, préférait les grandes ballades dans la forêt de son enfance. Là, elle se retrouvait seule, face à elle-même, sans ce soucis permanent de représentation. Sentir tous ces arbres autour d'elle lui remettait les pieds sur terre...

... Comme elle revenait à sa table, le téléphone sonna. Elle allait à nouveau consulter sa montre lorsque le barman l'interpella:
                      - Mademoiselle Camille... dit-il d'une voix à l'accent de terroir.
                      - Oui oui, c'est bien moi... s'empressa-t-elle de répondre.
                      Un fol espoir envahit la jeune femme.
                      - Le téléphone... c'est... enfin c'est pour vous...
... Elle eut un instant d'hésitation. Ce ne pouvait être que Lui, bien sûr, mais alors il avait un empêchement. Ce qui la gêna fût que l'appareil se trouvât sur un coin du comptoir, à la vue des clients qui n'allaient pas manquer de tendre l'oreille pour entendre la conversation, n'allaient pas se priver non plus de la détailler des pieds à la tête. Elle s'était habillée trop court. C'était évident... Si elle avait eu connaissance de cet endroit, elle aurait enfilé un jean... De toute façon, il était trop tard... Alors elle se décida, se leva et fit les quelques pas qui la séparaient du bar en un quart de seconde. Ces regards-là lui faisaient l'effet de caresses brutales, maladroites et malsaines. Elle en eut un frisson.

... L'appareil était d'un gris plus que douteux. Décidément... se dit-elle. Dans quelle galère l'emmenait-on mais, bizarrement, elle se laissait conduire.
... Elle empoigna l'appareil à pleine main et répondit:
                       - Allô oui... Que faîtes-vous???... Je vous attends depuis deux heures, je...
... Elle parlait si vite que l'homme au bout du fil dût l'interrompre.




                                                                                             .../... ( à suivre...)



  













































                  

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog de Alain LECLEF
  • Le blog de Alain LECLEF
  • : Ce blog est destiné à présenter un court-métrage cinéma autour d'Arthur Rimbaud et de Nina... Voilà donc une approche par divers poèmes, d'Arthur bien-sûr... mais aussi d'autres poètes proches de lui... comme Emile Nelligan... de Léo Ferré pour sa musique et ses mots... ainsi que divers articles, images et extraits musicaux... Une balade aussi bien-sûr en Abyssinie... pour essayer de comprendre... Merci aux futurs lecteurs...
  • Contact

Recherche

Catégories