Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 décembre 2008 6 06 /12 /décembre /2008 10:57
.../...

                        Rien qu'une citation pour illustrer l'atmosphère actuelle de notre société...



                        ... Pendant que les fonds publics s'écoulent en fêtes de fraternité...
                            Il sonne une cloche de feu rose dans les nuages...


                                                                   Arthur Rimbaud ( Illuminations )
                                                                   ====================


 
Repost 0
Published by alain leclef - dans cinéma
commenter cet article
5 décembre 2008 5 05 /12 /décembre /2008 22:38
.../... 
                     Je reviens à Emile Nelligan, eh oui j'aime beaucoup ce poète, c'est pour moi le frère d'Arthur, le frère québécois... On le connaît peu de ce côté de l'atlantique, c'est dommage mais on peut toujours s'y mettre!!!...

                         ... Dans le soir triomphal la froidure agonise
                             Et les frissons divins du printemps ont surgi;
                             L'hiver n'est plus, vivat! car l'Avril bostangi,
                             Du grand sérail de Flore, a repris la maîtrise.

                             Certe, ouvre ta persienne, et que cet air qui grise,
                             Se mêlant aux reflets d'un ciel pur et rougi
                             Rôde dans le boudoir où notre amour régit
                             Avec les sons mourants, que ton luth improvise.

                             Allègre, Yvette, allègre, et crois-moi: j'aime mieux
                             Me griser du chant d'or de ces oiseaux joyeux,
                             Que d'entendre gémir ton grand clavier d'ivoire.

                             Allons rêver au parc verdi sous le dégel:
                             Et là tu me diras si leur Avril de gloire,
                             Ne vaut pas en effet tout Mozart et Haendel...

                                                                    Emile Nelligan ( Sonnet d'or )
                                                                    ==================

 
                                Photo alainleclef
                                ========== 
Repost 0
Published by alain leclef - dans cinéma
commenter cet article
4 décembre 2008 4 04 /12 /décembre /2008 21:34
.../...

                   Un poème fantaisie écrit l'année suivante, en 1872, il y a encore la fraîcheur et et la douceur de ses dix-sept ans... plus pour longtemps malheureusement...

                     ... A quatre heures du matin, l'été
                         Le sommeil d'amour dure encore.
                         Sous les bosquets l'aube évapore
                                L'odeur du soir fêté.

                     ... Mais là-bas dans l'immense chantier
                         Vers le soleil des Hespérides,
                         En bras de chemise, les charpentiers
                                Déjà s'agitent.

                     ... Dans leur désert de mousse, tranquilles,
                         Ils préparent les lambris précieux
                         Où la richesse de la ville
                                Rira sous de faux cieux.

                     ... Ah! pour ces ouvriers charmants
                         Sujets d'un roi de Babylone,
                         Vénus! laisse un peu les Amants
                                Dont l'âme est en couronne.

                     ... O Reine des Bergers! 
                         Porte aux travailleurs l'eau de vie,
                         Pour que leurs forces soient en paix
                         En attendant le bain dans la mer, à midi...

                                             Arthur Rimbaud ( Bonne pensée du matin, Mai 1872 )
                                             =================================

                                                    
                           Photo alainleclef  
                           ========== 
Repost 0
Published by alain leclef - dans cinéma
commenter cet article
3 décembre 2008 3 03 /12 /décembre /2008 22:27



... Je vous propose donc le synopsis d'un Court-Métrage tourné dans les Ardennes Françaises, à Charleville... autour d'un poème d'Arthur Rimbaud auquel nous avons emprunté le titre  " Roman... " plus connu sous " On n'est pas sérieux quand on a dix-sept ans "...

Ce Court-Métrage a été présenté cette année au Festival de Cannes dans la section du Short Film Corner...

En voilà donc un résumé:
  
... Un beau soir de Juin, une ville de province " Charlestown...", dans un square de verdure, un groupe d'adolescents donne une fête pour l'arrivée de l'été... Ils ont dix-sept ans voire dix-huit, ont décidé de danser toute la nuit jusqu'au lever du soleil...
... Des musiciens ont pris place sous le kiosque, un buffet a été dressé, de quoi passer la nuit sur un nuage...
... Un jeune homme au regard étrange, sans âge précis, observe ce petit monde. Il observe surtout une des jeunes filles...

                        ... Et si c'était Lui... l'adolescent poète aux semelles de vent...
                        ... Et si c'était Elle... Nina... son adorée d'un soir...



                                                                                               .../...


La musique principale est bien-entendu de Léo FERRE...
==================================

Ce blog lui est consacré, avec une approche par divers poèmes et textes, ainsi que des photos du tournage et des lieux...
www.alainleclef.com
============= 
Repost 0
Published by alain leclef - dans cinéma
commenter cet article
2 décembre 2008 2 02 /12 /décembre /2008 22:47
.../...

                      En me replongeant dans l'oeuvre de Paul Gauguin, je retrouve des lettres qu'il écrivait à diverses personnalités... Le courrier d'un grand peintre exilé volontaire... En le lisant on comprend mieux pourquoi Jacques Brel l'a suivi sur son île...


                      ... Je suis un grand artiste et je le sais. C'est parce que je le suis que j'ai tellement enduré de souffrances. Pour poursuivre ma voie sinon je me considérerais comme un brigand. Ce que je suis du reste pour beaucoup de personnes. Enfin, qu'importe... Ce qui me chagrine le plus c'est moins la misère que les empêchements perpétuels à mon art que je ne puis faire comme je le sens et que je puis le faire sans la misère qui me lie les bras. Tu me dis que j'ai tort de rester éloigné du centre artiste. Non, j'ai raison, je sais depuis longtemps ce que je fais et pourquoi je le fais. Mon centre artistique est dans mon cerveau et pas ailleurs et je suis fort parce que je ne suis jamais dérouté par les autres et que je fais ce qui est en moi...
                       Beethoven était sourd et aveugle, il était isolé de tout, aussi ses oeuvres sentent l'artiste vivant sur sa planète à lui... Vois ce qui est arrivé à Pissaro à force de vouloir être toujours en avant, au courant de tout, il a perdu toute espèce de personnalité et son oeuvre entière manque d'unité. Il suit toujours le mouvement depuis Courbet, Millet, jusqu'à des petits jeunes chimistes qui accumulent des petits points...
                       ... Non j'ai un but et je le poursuivrai toujours accumulant des documents... Il y a des transformations chaque année, c'est vrai, mais elles se suivent toujours dans le même chemin. Je suis seul logique. Aussi je trouve bien peu qui me suivent longtemps...


                                                                                        à Daniel de Monfreid
                                                                                        Tahiti, Aout 1892
                                                                                        Paul Gauguin...
                                                                                        =============


                            Photo anonyme
                            ==========
 
Repost 0
Published by alain leclef - dans cinéma
commenter cet article
1 décembre 2008 1 01 /12 /décembre /2008 22:42

.../...


                       Voici un extrait d'une pièce qui n'est pas d'Arthur mais qui s'adresse à lui... 


                          ... A Paris, que fais-tu, poète,

                              De Charleville-s-arrivé?

                              Pars, le génie ici végète,

                              Mourant de faim sur le pavé.

                              Va, retourne auprès de ta mère

                              Qui prit soin de tes premiers ans...

                              Enfant, que fais-tu sur la terre?

                              J'attends, j'attends, j'attends!...


                                                              Emile Cabaner ( Extrait de l'album zutique )

                                                              ===========================

                  L'album zutique est un album manuscrit sur lequel les poètes amis de Verlaine et que Rimbaud fréquenta à la fin de 1871 ( à 17 ans donc ) écrivaient des fantaisies rimées...


                               Photo extraite du court-métrage " Roman..."
                               =========================== 


Repost 0
Published by alain leclef - dans cinéma
commenter cet article
30 novembre 2008 7 30 /11 /novembre /2008 23:51

                        Photo alainleclef


                        ... Si demain matin, à l'heure où toute cette tristesse laborieuse sort du lit pour emplir les rues des villes de leurs engins à quatre roues... Si demain matin, une main céleste décidait de remettre les pendules à l'heure et ainsi d'arrêter le cours du temps... De quoi aurions-nous l'air!!!... Pauvres pantins désarticulés au bout de nos ficelles invisibles...

                        Ne plus avoir aucune importance, quelle leçon donnée à l'être humain!!!...

                        La nuit porte conseil, dit-on...

                        Alors imaginons!!!...  

      

                                                                                          A.L...


Repost 0
Published by alain leclef - dans cinéma
commenter cet article
29 novembre 2008 6 29 /11 /novembre /2008 20:16
.../...


                       ... Je rentre en pleine nuit. Silence d'encre dans l'appartement. Je trébuche avant de trouver l'interrupteur. Je mets de la lumière... J'ai soif, terriblement soif. Dans la cuisine, j'avise le réfrigérateur. Je l'ouvre. Vide ou presque... Pas une bouteille de quoi que ce soit. Rien... Trois pots de confiture. Je me retourne vers l'évier. J'ai horreur de l'eau du robinet. Tant pis, je n'ai pas le choix... Je laisse couleur l'eau froide, un moment... Je cherche un verre original, à pied, ça semble meilleur... Je le remplis, laisse déborder joyeusement le liquide. J'hésite. Je bois d'un trait en fermant les yeux. Je guette l'arrière-goût. Il n'y en a pas. Surpris, je reprends un second verre... assis cette fois. Ca commence toujours ainsi, la solitude... Elle était partie, partie avec mon meilleur ami...


                                                                                                     A.L...


                      ... Nous étions deux amis

                          et Fanette m'aimait...

                          La plage était déserte

                          et pleurait sous Juillet...


                      ... Si elles s'en souviennent

                          les vagues vous diront...

                          Combien pour la Fanette

                          J'ai chanté de chansons...


                      ... Faut dire, faut dire qu'elle était belle

                          Comme une perle d'eau,

                          Faut dire qu'elle était belle

                          Et je ne suis pas beau...


                          Faut dire, faut dire qu'elle était brune

                          Tant la dune était blonde

                          Et tenant l'autre et l'une

                          Moi je tenais le monde...


                          Faut dire, faut dire que j'étais fou

                          De croire à tout cela...

                          Je le croyais à nous...

                          Je la croyais à moi...


                          Faut dire qu'on ne nous apprend pas

                          A se méfier de tout...

                                                                                       .../...

                                                                            Jacques Brel ( La Fanette 1964 )
                                                                            ==================== 

                                                                              

                            Photo alainleclef
                            ========== 

                          

                          

Repost 0
Published by alain leclef - dans cinéma
commenter cet article
29 novembre 2008 6 29 /11 /novembre /2008 20:10
.../...


                        Petit clin d'oeil d' un papa à sa fille, une tendresse du soir...


                        ... Elle portait des culottes, des bottes de moto... etc...


                         Photo alainleclef...  Un Noël au balcon!!!...
                         ========================== 

Repost 0
Published by alain leclef - dans cinéma
commenter cet article
28 novembre 2008 5 28 /11 /novembre /2008 22:34

.../...


                       Restons dans les soirs d'automne et d'hiver, Emile devait appréhender la nuit... Voici un autre poème pour faire suite à celui d'Arthur... " Tête de faune "...


                       - Nous nous serrions, hagards, en silencieux gestes,

                       Aux flamboyants juins d'or, plein de relents, lassés,

                       Et tel, rêvassions-nous, longuement enlacés,

                       Par les grands soirs tombés, triomphalement prestes.


                       Debout au perron gris, clair-obscuré d'agrestes

                       Arbres évaporant des parfums opiacés,

                       Et d'où l'on constatait des marbres déplacés,

                       Gisant en leur orgueil de massives siestes.


                       Parfois, cloîtrés au fond des vieux kiosques proches,

                       Nous écoutions clamer des peuples fous de cloches

                       D'où les voix aux lointains se perdaient, toutes tues,

    

                       Et nos coeurs s'emplissaient toujours de vague émoi

                       Quand, devant l'oeil pierreux des funèbres statues,

                       Nous nous serrions, hagards, ma Douleur morne et Moi...



                                                               Emile Nelligan... ( Sous les faunes )

                                                               =======================


                      Que de points communs avec Arthur...

                         Photo: alainleclef

Repost 0
Published by alain leclef - dans cinéma
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Alain LECLEF
  • Le blog de Alain LECLEF
  • : Ce blog est destiné à présenter un court-métrage cinéma autour d'Arthur Rimbaud et de Nina... Voilà donc une approche par divers poèmes, d'Arthur bien-sûr... mais aussi d'autres poètes proches de lui... comme Emile Nelligan... de Léo Ferré pour sa musique et ses mots... ainsi que divers articles, images et extraits musicaux... Une balade aussi bien-sûr en Abyssinie... pour essayer de comprendre... Merci aux futurs lecteurs...
  • Contact

Recherche

Catégories