Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 octobre 2008 6 04 /10 /octobre /2008 13:54



.../...                           " ... Au matin, j'avais le regard si perdu
                                         et la contenance si morte
                                         Que ceux que j'ai rencontrés
                                         Ne m'ont peut-être pas vu... 

                                                                          

                                  " ... L'action n'est pas la vie...
                                        Mais une forme d'énervement...."



                                                                   Arthur Rimbaud
                                                                   ==========


... Un jour, un certain Jacques BREL, agacé par tous ces " nouveaux artistes " sans culture mais avec une " grosse tête ", eut cette réflexion oh combien efficace...

                                   " ... quand on a la tête qui enfle, un réméde, le matin au réveil, on se lit un peu de RIMBAUD...
                                        ça calme!!!... "
                                        ========= 




                                                                        à suivre..../... 
Repost 0
Published by alain leclef - dans cinéma
commenter cet article
3 octobre 2008 5 03 /10 /octobre /2008 22:09



..../...                       "  Je suis jeune... tendez-moi la main... "  disait-il à M. Théodore de Banville...


                               "  Le monde a soif d'amour... tu viendras l'apaiser... "


                               "  Pendant que les fonds publics s'écoulent en fêtes de fraternité,
                                  Il sonne une cloche de feu rose dans les nuages..."


                                                                                     Arthur Rimbaud...  bien sûr... ( à méditer !!!)
                                                                                     ============ 
Repost 0
Published by alain leclef - dans cinéma
commenter cet article
2 octobre 2008 4 02 /10 /octobre /2008 14:48


Un autre poème écrit en 1872 dans lequel Arthur jette un regard sur sa courte vie... 

                                        Oisive jeunesse
                                        A tout asservie,
                                        Par délicatesse
                                        J'ai perdu ma vie.
                                        Ah! Que le temps vienne
                                        Où les coeurs s'éprennent.

                                        Je me suis dit: laisse,
                                        Et qu'on ne te voie:
                                        Et sans la promesse
                                        De plus hautes joies
                                        Que rien ne t'arrête.
                                        Auguste retraite.

                                        J'ai tant fait patience
                                        Qu'à jamais j'oublie;
                                        Craintes et souffrances
                                        Aux cieux sont parties.
                                        Et la soif malsaine
                                        Obscurcit mes veines.

                                        Ainsi la Prairie
                                        A l'oubli livrée,
                                        Grandie, et fleurie
                                        D'encens et d'ivraies
                                        Au bourdon farouche
                                        De cent sales mouches.
  
                                        Ah! Mille veuvages
                                        De la si pauvre âme
                                        Qui n'a que l'image
                                        De la Notre-Dame!
                                        Est-ce que l'on prie 
                                        La Vierge Marie?

                                        Oisive jeunesse
                                        A tout asservie
                                        Par délicatesse
                                        J'ai perdu ma vie.
                                        Ah! Que le temps vienne
                                        Où les coeurs s'éprennent!!!...


                                                         Arthur Rimbaud
                                                         ==========
 Texte toujours en rapport avec les poèmes précédents, et Nina bien sûr...
Repost 0
Published by alain leclef - dans cinéma
commenter cet article
1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 14:16



.../...                           Le long des gazons verts ricanent les voyous;
                                  Et, rendus amoureux par le chant des trombones,
                                  Très naïfs, et fumant des roses, les pioupious
                                  Caressent les bébés pour enjôler es bonnes...

                                  - Moi, je suis, débraillé comme un étudiant
                                  Sous les marronniers verts les alertes fillettes:
                                  Elles le savent bien et tournent en riant,
                                  Vers moi, leurs yeux tout pleins de choses indiscrètes.

                                  Je ne dis pas un mot: je regarde toujours
                                  La chair de leurs cous blancs brodés de mèches folles:
                                  Je suis, sous le corsage et les frêles atours,
                                  Le dos divin après la courbe des épaules. 

                                  J'ai bientôt déniché la bottine, le bas...
                                  ... Je reconstruis les corps, brûlé de belles fièvres.
                                  Elles me trouvent drôle et se parlent tout bas...
                                  - Et je sens les baisers qui me viennent aux lèvres...



                                                                                 Arthur Rimbaud...
                                                                                 ===========


Voilà le deuxième poème dans lequel Arthur pense à Nina...

 
Repost 0
Published by alain leclef - dans cinéma
commenter cet article
29 septembre 2008 1 29 /09 /septembre /2008 21:12



... Cela se passe " Place de la gare, à Charleville..."


           ...Sur la place taillée en mesquines pelouses,
           Square où tout est correct, les arbres et les fleurs,
           Tous les bourgeois poussifs qu'étranglent les chaleurs
           Portent, les jeudis soirs, leurs bêtises jalouses.

           - L'orchestre militaire, au milieu du jardin,
           Balance ses schakos dans la Valse des fifres:
           - Autour, aux premiers rangs, parade le gandin;
           Le notaire pend à ses breloques à chiffres:

           Des rentiers à lorgnons soulignent tous les couacs:
           Les gros bureaux bouffis traînent leurs grosses
           Auprès desquelles vont, officieux cornacs,
           Celles dont les volants ont des airs de réclames;

           Sur les bancs verts, des clubs d'épiciers retraités
           Qui tisonnent le sable avec leur canne à pomme,
           Fort sérieusement discutent les traités,
           Puis prisent en argent, et reprennent: " en somme "

           Epatant sur son banc les rondeurs de ses reins,
           Un bourgeois à boutons clairs, bedaine flamande,
           Savoure son onnaing d'où le tabac par brins
           Déborde - vous savez, c'est de la contrebande; -


                                                                  .../... à suivre 
Repost 0
Published by alain leclef - dans cinéma
commenter cet article
28 septembre 2008 7 28 /09 /septembre /2008 21:57



Je vous présente un autre poème d'Arthur Rimbaud lié lui-aussi à l'histoire de Nina... 

                                                                                      .../... suite à venir 
Repost 0
Published by alain leclef - dans cinéma
commenter cet article
27 septembre 2008 6 27 /09 /septembre /2008 10:46



.../...                           Les fesses luisantes et grasses
                                                 D'un gros enfant
                                   Qui fourre, à genoux, dans les tasses,
                                                 Son museau blanc

                                   Frôlé par un mufle qui gronde
                                                 D'un ton gentil,
                                   Et pourlèche la face ronde
                                                 Du cher petit... 
 
                                   Noire, rogue au bord de la chaise,
                                                 Affreux profil,
                                   Une vieille devant la braise
                                                 Qui fait du fil;

                                   Que de choses verrons-nous, chère,
                                                 Dans ces taudis,
                                   Quand la flamme illumine, claire,
                                                 Les carreaux gris!...

                                   - Puis, petite et toute nichée
                                                 Dans les lilas
                                   Noirs et frais: la vitre cachée,
                                                 Qui rit là-bas...

                                   Tu viendras, tu viendras, je t'aime!
                                                 Ce sera beau.
                                   Tu viendras, n'est-ce pas, et même...


                         ELLE... -       Et mon bureau?...


                                                                          Arthur Rimbaud
                                                                          ==========


      Voilà donc un des poèmes dans lequel Arthur pense à Nina...

                                                                                                 .../... à suivre 
 
Repost 0
Published by alain leclef - dans cinéma
commenter cet article
25 septembre 2008 4 25 /09 /septembre /2008 20:27
.../...                               Le soir?... Nous reprendrons la route
                                                    Blanche sui court
                                      Flânant, comme un troupeau qui broute,
                                                    Tout à l'entour

                                      Les bons vergers à l'herbe bleue
                                                    Aux pommiers tors!
                                      Comme on les sent toute une lieue
                                                    Leurs parfums forts!

                                      Nous regagnerons le village
                                                     Au ciel mi-noir;
                                      Et ça sentira le laitage
                                                     Dans l'air du soir;

                                      Ca sentira l'étable, pleine 
                                                      De fumiers chauds,
                                      Pleine d'un lent rythme d'haleine,
                                                      Et de grands dos

                                      Blanchissant sous quelque lumière;
                                                      Et, tout là-bas,
                                      Une vache fientera, fière,
                                                      A chaque pas...

                                      - Les lunettes de la grand-mère
                                                      Et son nez long
                                      Dans son missel; le pot de bière
                                                      Cerclé de plomb,

                                      Moussant entre les larges pipes
                                                      Qui, crânement,
                                      Fument: les effroyables lippes
                                                       Qui, tout fumant,

                                      Happent le jambon aux fourchettes
                                                       Tant, tant et plus:
                                      Le feu qui claire les couchettes
                                                       Et les bahuts. 


                                                                                        .../...
                                                                                                ( Nous somme au vers 92 sur 116) 
Repost 0
Published by alain leclef - dans cinéma
commenter cet article
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 15:04
.....                         - Ta poitrine sur ma poitrine,
                                           Mêlant nos voix,
                                 Lents, nous gagnerions la ravine,
                                           Puis les grands bois!...

                                 Puis comme une petite morte,
                                           Le coeur pâmé,
                                 Tu me diras que je te porte,
                                           L'oeil mi-fermé... 

                                 Je te porterais, palpitante,
                                           Dans le sentier:
                                 L'oiseau filerait son andante:
                                           Au noisetier...

                                 Je te parlerai dans ta bouche:
                                           J'irais, pressant
                                 Ton corps, comme une enfant qu'on couche,
                                            Ivre du sang

                                 Qui coule, bleu, sous ta peau blanche
                                            Aux tons rosés:
                                 Et te parlant la langue franche...
                                            Tiens!... - que tu sais...

                                 Nos grand bois sentiraient la sève
                                             Et le soleil
                                 Sablerait d'or fin leur grand rêve
                                             Vert et vermeil.

                                                                                                   .../...
                                                                                  ( à suivre et à méditer...) 
Repost 0
Published by alain leclef - dans cinéma
commenter cet article
22 septembre 2008 1 22 /09 /septembre /2008 21:10
... comme promis le suite des "Réparties de Nina..."

                            ...Tu plongerais dans la luzerne
                                         Ton blanc peignoir,
                                Rosant à l'air ce bleu qui cerne
                                          Ton grand oeil noir,

                            ...Amoureuse de la campagne,
                                          Semant partout,
                               Comme une mousse de champagne,
                                           Ton rire fou:

                            ...Riant à moi, brutal d'ivresse,
                                            Qui te prendrais.
                               Comme cela,- la belle tresse,
                                             Oh! - qui boirais

                            ...Ton goût de framboise et de fraise,
                                              O chair de fleur!
                               Riant au vent vif qui te baise
                                               Comme un voleur,

                             ...Au rose églantier qui t'embête
                                               Aimablement:
                                Riant surtout, ô folle tête,
                                                A ton amant!...

                              ..............................................

                              ...Dix-sept ans! Tu seras heureuse!
                                                Oh! les grands prés! 
                                 La grande campagne amoureuse!
                                                 Dis, viens plus près!... 



                                                                         ... nous sommes à 36 vers sur 116... à demain..
 
Repost 0
Published by alain leclef - dans cinéma
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Alain LECLEF
  • Le blog de Alain LECLEF
  • : Ce blog est destiné à présenter un court-métrage cinéma autour d'Arthur Rimbaud et de Nina... Voilà donc une approche par divers poèmes, d'Arthur bien-sûr... mais aussi d'autres poètes proches de lui... comme Emile Nelligan... de Léo Ferré pour sa musique et ses mots... ainsi que divers articles, images et extraits musicaux... Une balade aussi bien-sûr en Abyssinie... pour essayer de comprendre... Merci aux futurs lecteurs...
  • Contact

Recherche

Catégories