Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2008 4 02 /10 /octobre /2008 14:48


Un autre poème écrit en 1872 dans lequel Arthur jette un regard sur sa courte vie... 

                                        Oisive jeunesse
                                        A tout asservie,
                                        Par délicatesse
                                        J'ai perdu ma vie.
                                        Ah! Que le temps vienne
                                        Où les coeurs s'éprennent.

                                        Je me suis dit: laisse,
                                        Et qu'on ne te voie:
                                        Et sans la promesse
                                        De plus hautes joies
                                        Que rien ne t'arrête.
                                        Auguste retraite.

                                        J'ai tant fait patience
                                        Qu'à jamais j'oublie;
                                        Craintes et souffrances
                                        Aux cieux sont parties.
                                        Et la soif malsaine
                                        Obscurcit mes veines.

                                        Ainsi la Prairie
                                        A l'oubli livrée,
                                        Grandie, et fleurie
                                        D'encens et d'ivraies
                                        Au bourdon farouche
                                        De cent sales mouches.
  
                                        Ah! Mille veuvages
                                        De la si pauvre âme
                                        Qui n'a que l'image
                                        De la Notre-Dame!
                                        Est-ce que l'on prie 
                                        La Vierge Marie?

                                        Oisive jeunesse
                                        A tout asservie
                                        Par délicatesse
                                        J'ai perdu ma vie.
                                        Ah! Que le temps vienne
                                        Où les coeurs s'éprennent!!!...


                                                         Arthur Rimbaud
                                                         ==========
 Texte toujours en rapport avec les poèmes précédents, et Nina bien sûr...

Partager cet article

Repost 0
Published by alain leclef - dans cinéma
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Alain LECLEF
  • Le blog de Alain LECLEF
  • : Ce blog est destiné à présenter un court-métrage cinéma autour d'Arthur Rimbaud et de Nina... Voilà donc une approche par divers poèmes, d'Arthur bien-sûr... mais aussi d'autres poètes proches de lui... comme Emile Nelligan... de Léo Ferré pour sa musique et ses mots... ainsi que divers articles, images et extraits musicaux... Une balade aussi bien-sûr en Abyssinie... pour essayer de comprendre... Merci aux futurs lecteurs...
  • Contact

Recherche

Catégories